Les voeux du Maire

Voeux 2019
Discours prononcé par Monsieur le Maire lors de la cérémonie des voeux, le vendredi 11 janvier 2019 :

" Cette cérémonie des vœux constitue pour notre équipe municipale un véritable rendez-vous, fait de convivialité et d’amitié. C’est un réel plaisir pour nous de vous retrouver aujourd’hui pour débuter ensemble cette nouvelle année, car c’est au sein de nos villages que se tissent les solidarités du quotidien, au sein de nos écoles que se transmettent les valeurs de la République, dans nos rues, nos bâtiments publics que se construit ce si précieux vivre ensemble.
Ce rendez-vous annuel est un moment privilégié qui nous permet d’inviter et de rassembler toutes les forces vives de Malintrat qui contribuent à lui donner une réelle dynamique, mais aussi tous les habitants qui jouent un rôle dans la vie locale de notre commune.
Les élus locaux que nous sommes œuvrons quotidiennement et au plus près des habitants pour défendre aussi cette « petite république » qu’est la commune. Malgré la montée en puissance de l’intercommunalité, à nous de lutter et faire en sorte qu’elle reste encore un espace synonyme de proximité et d’animation locale.
Cela n’aura échappé à personne, au cœur de l’été, la presse s’est fait l’écho de la vague de démission des Maires. 1000 d’entre nous ont raccroché leur écharpe depuis 2014. Notre République n’a jamais connu un tel mouvement qui concerne surtout les petites communes rurales.
Une enquête montre que la commune est l’échelon qui suscite le plus fort taux d’attachement, 3 français sur 4, très loin devant le Département et la Région. Le Maire est l’élu de proximité le plus exposé car aux avants-postes. L’élu local est en effet responsable de tout, sans en avoir toujours les moyens ni le mode d’emploi. L’État lui demande toujours plus : normes, sécurité, actions sociales, tout en serrant la vis des dotations.
Concernant mon intervention sur FR3, elle avait pour unique but de dénoncer ce ras le bol général et l’abandon de l’État envers les élus locaux. Malheureusement mes propos furent quelque peu galvaudés.
La baisse sans pareil des dotations, décidée déjà par le gouvernement précédent, a fait place au plafonnement des budgets locaux. Dans les deux cas, l’exécutif fait des collectivités une variable d’ajustement budgétaire. Avec une seule obsession, réduire la dépense publique. Mais à quel prix ? S’agissant des territoires et de ceux qui les habitent.
A ce propos, il faut savoir que Malintrat a perdu 50.000 euros de recettes depuis 2016, suite à la perte de la Dotation Globale de Fonctionnement et de la Dotation de Solidarité Communautaire. A ce chiffre, il faut ajouter les frais relatif à l’instruction des dossiers relevant du droit des sols (ADS), ainsi qu’à l’augmentation régulière du Fond de Péréquation des Ressources Intercommunales (FPIC). Quant à la réforme de la taxe d’habitation, avec sa suppression progressive qui a été lancée à compter des impositions 2018, le dégrèvement sera progressif sur 3 ans. Nous allons devoir élaborer le budget primitif 2019 sans connaître précisément le mécanisme de compensation de la diminution de la taxe d’habitation. Les communes ne savent pas encore comment va se passer, d’un point de vue technique, le versement de la compensation prévue par l’État, qui a promis dans le cadre de cette réforme de compenser à « l’euro près » la somme qui ne tombera plus dans nos caisses via l’impôt. Partant de ce principe « à l’euro près », nous devons à priori penser que le budget recettes ne sera pas modifié : les sommes qui n’arriveront pas avec la taxe d’habitation viendront par la compensation de l’État. Mais il faudra attendre pour le vérifier.
Je veux le dire sans fard ni langue de bois, l’année 2018 ne nous aura épargné ni les tempêtes, ni les douches froides et encore moins les déceptions. Chacun l’aura observé, la relation entre les collectivités locales et l’État a été frappée d’une certaine défiance.
La situation n’est pas sans rappeler la fable de la Fontaine :
« Les Grenouilles demandent un Roi ».
Elles l’obtiennent finalement sous la forme d’une grue… qui croque les grenouilles.
Que nous réserve 2019 ? Le Président de la République a annoncé cet automne des relations avec les territoires. Les collectivités ont désormais un ministère dédié, attendons maintenant le Grand Débat National… A voir, mais n’en attendons pas forcément des miracles.
Depuis bientôt un an, les associations d’élus ruraux et l’Association des Maires de France ont commencé à mettre en garde notre exécutif sur le fait que la France ne se résume pas qu’au triangle d’or Parisien. Il n’y a pas la France d’en-haut et la France d’en-bas. Vouloir une France urbaine opposée à une France Rurale. La France n’est pas qu’une métropole. Passez-moi l’expression mais il fallait être « à côté de la plaque » pour ne pas voir la réalité du terrain. C’est finalement la rue qui, spontanément au travers d’un mouvement populaire, va faire se propager au plus haut niveau de l’État, mais aussi à tous les niveaux de ses institutions et de tous nos politiques, qu’une phase d’atterrissage est désormais nécessaire. Plus d’horizontalité, de pragmatisme feront grand bien… A défaut d’avoir plus d’égalité, peut être aura-t-on déjà gagné plus de fraternité ; Pour cela… Je citerai John Fitzgerald Kennedy :
« Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays ».
Dans notre commune, malgré les difficultés et du fait d’une gestion rigoureuse et de choix assumés, nous avons maintenu notre cap.
L’action la plus marquante est bien évidemment cette nouvelle salle, où nous avons le plaisir de vous retrouver ce soir aussi nombreux.
Ce projet, initié il y a maintenant 4 ans, est enfin réalisé et bien réalisé. C’est une grande satisfaction et un immense plaisir de partager ensemble ce moment privilégié et de profiter de cette cérémonie des vœux, pour qu’ensemble vous découvriez votre salle polyvalente, celle de tous les malintraires.
Comme souvent dans ce genre d’opération, ce projet a fait couler beaucoup d’encre de la part de certains. C’est normal, nous sommes encore une petite commune et les rumeurs vont forcément bon train. Mais aujourd’hui tout cela est désormais du passé, il faut voir l’avenir. Agir pour ne pas subir, innover pour ne pas sombrer, c’est ce que nous essayons malgré tout, l’équipe municipale et moi-même, d’entreprendre à Malintrat.
L’année 2018, en plus de cette réalisation majeure, a vu aussi l’accomplissement de certains travaux, avec notamment :
  • la réfection d’une partie du chemin du Mas ;
  • la réfection du trottoir avenue de la Joselle avec stationnement le long de cette voie afin de réduire la vitesse ;
  • la finition complète du petit local vers la mairie ;
  • l’achat et l’installation au groupe scolaire de 5 PC portables, de 5 vidéoprojecteurs avec écrans de projection.
Toutes ces réalisations pour un coût global de 49.200 euros, auquel il faut rajouter bien évidemment les 979.000 euros pour la salle polyvalente.
Tous ces investissements n’ont eu qu’un seul objectif, aménager notre commune, la rendre encore plus agréable pour ses habitants, vous procurer les services performants que vous attendez.
Pour l’année à venir, le chemin est tracé : faire preuve d’ambition réaliste. Etre réaliste, car je l’ai dit, nos dotations n’augmenteront pas, ce qui renforce la nécessité d’être innovants dans la gestion des financements. Pour 2019, l’investissement principal sera la mise en séparatif de l’assainissement sur la rue de Sainfoin avec le SIAREC. Coût pour la Commune 67.637 euros. Les traitements de surface de la voirie seront réalisés en 2020.
Concernant le PLUi, l’enquête publique est terminée. Ce plan local d’urbanisme intercommunal s’inscrit dans le cadre d’un développement cohérent et maîtrisé de la commune, tout en continuant à privilégier son cadre de vie naturel et un environnement de qualité. La nécessité de proposer une offre de logements adaptés aux nouveaux besoins de la population, aux équipements existants, au dynamisme économique, aux contraintes environnementales ainsi qu’aux aspects patrimoniaux ont bien été pris en compte. Plus globalement, il s’agit de densifier le foncier en limitant l’étalement urbain, en privilégiant les zones agricoles existantes.
La semaine prochaine la commune va être recensée, comme tous les 5 ans. Nous vous remercions par avance pour l’accueil cordial que vous réserverez dès le 17 janvier aux agents recenseurs.
L’an dernier, j’avais évoqué la réalisation d’une petite superette vers le rond-point. Le projet n’est par mort ! Il a fallu déposer un autre permis de construire comprenant cette fois uniquement un plain-pied, et ce sur les conseils du groupe CASINO. Affaire à suivre donc, mais croyez-moi, M. J.P. ANDRÉ et moi-même faisons le maximum pour qu’enfin ce service de proximité voit le jour. Nous sommes toutefois optimistes. Mais là non plus, rien n’est facile.
Notre commune vit…
Malintrat vit au rythme de ceux qui le font chaque jour : ses habitants, ses artisans, ses associations, ses bénévoles, ses enseignants, ses jeunes, ses seniors, ses pompiers, ses gendarmes…
C’est vous tous qui rendez Malintrat accueillante et agréable. Notre commune a la particularité de proposer la campagne et ses avantages aux portes de la grande ville. Nous ne sommes pas un faubourg, à nous de ne pas en faire une cité dortoir, mais une commune à part entière. Certes pas très riche, mais dynamique, ouverte et toujours tournée vers l’avenir et la jeunesse.
Les associations agissent tout au long de l’année, grâce à leurs bénévoles, pour renforcer le lien social. C’est avec elles que se renforcent les émotions partagées. Leurs activités, leurs réussites donnent vie à notre commune. Malintrat vit ainsi au rythme des activités que proposent nos associations. Je crois qu’ensemble, nous pouvons saluer leur travail.
La vie et la dynamique d’une commune ce sont surtout des personnes. C’est pourquoi je tiens à saluer les agents municipaux qui, dans les écoles, sur la voie publique, dans les bâtiments sont des acteurs incontournables de la vie communale.
Saluer également le secrétariat dont le travail est ô combien indispensable et de plus en plus complexe. Les normes, le montage des dossiers, les incohérences de l’administration centrale et fiscale font que le quotidien devient pesant et stressant. Un grand merci à notre DGS pour son sens inné du service public.
Le service public local n’a de sens que dans la proximité avec les habitants. L’inconvénient est qu’il est aussi à portée « d’engueulade ». Néanmoins, et au-delà de la boutade, je tenais aujourd’hui à souligner son travail.
Saluons aussi tous les membres du CCAS pour leurs interventions dans l’aide des plus faibles et des plus démunis, mais aussi pour leurs actions auprès des plus anciens d’entre nous, merci à eux.
Le vivre ensemble à Malintrat, c’est avoir en même temps l’audace de la jeunesse et la sagesse de l’expérience. C’est un état d’esprit !!!
C’est cet état d’esprit qui nous permet à nous, élus, de défendre les intérêts de notre village pour vous et avec vous.
Au nom du Conseil Municipal, tous nos vœux se tournent naturellement vers vous. Que cette année 2019 vous soit heureuse, prometteuse, faite d’épanouissements familiaux, personnels ou professionnels. Qu’elle vous soit synonyme d’une vie meilleure, surtout pour nos concitoyens qui sont dans la souffrance, la peine ou la difficulté.
Bonne année à tous ! "

NewsLetter

Inscrivez-vous pour recevoir l'actualité.